14.9.08

568 - DARCOS, itinéraire d'un mec de droite très à droite


Main basse sur l’école publique
Eddy Khaldi / Muriel Fitoussi (éditions Démopolis)

Cette rentrée, sur fond de suppressions massives de postes, et avec une carte scolaire assouplie (avant d’être démantelée), est un couronnement pour Xavier DARCOS.

En 1992, alors inspecteur général de l’Education nationale, il fondait, avec quelques hauts fonctionnaires du ministère, la très droitière association « Créateurs d’école ». Aujourd’hui, il est ministre, son ami Dominique ANTOINE, autre adhérent de cette association, est le conseiller culture du Président. Quant à Maurice QUÉNET, qui en faisait partie aussi, il est devenu Recteur de Paris. Mais il est également connu pour avoir occupé dans les années 75, un poste de secrétaire du Club de l’Horloge.

Petit rappel : le rêve de ce club, boîte à idées de l’extrême-droite, était l’intégration du FN dans une alliance de gouvernement ! L’idée d’une suppression de la carte scolaire, dada de DARCOS, est d’ailleurs apparue pour la première fois en 1984, dans une lettre de Le Pen aux parents d’élèves.

C’est l’un des « détails » que rappellent les auteurs de « Main basse sur l’école publique », un livre, sorti fin août, qui dresse le portrait des mauvaises fréquentations du ministre.

Vincent LAARMAN, par exemple, correspondant français d’un lobby américain intitutlé « Alliance for the Separatiion of School and State » est président de « SOS Education ».
Cette association, très influente au Ministère de l’Education, a lancé la campagne pour le service minimum à l’école. LAARMAN est aussi un fidèle disciple de Philippe NEMO, cofondateur de… « Créateurs d’école » et pourfendeur du « monopole scolaire » (comprendre l’école publique).

Autre source d’inspiration pour DARCOS, selon les auteurs du livre, Emmanuelle MIGNON, la toute proche conseillère de SARKO qui vient de quitter le Château et qui, dès 2004, proclamait : « Je suis pour une privatisation totale de l’Education nationale ».

En attendant cet heureux jour, l’enseignement privé, à 90 % catho, se taille la part du lion. Le livre dresse la liste impressionnante de tous les petits et gros cadeaux qui lui ont été faits depuis le retour de la droite en 2002.

Intronisé chanoine de Latran en décembre 2007, SARKO expliquait que « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ».

Tant que le curé ne remplace pas l’instit’ !

B. R. Canard Enchaîné du mercredi 10 septembre 2008

TABLE DES MATIÈRES

Introduction

1 - Un gouvernement sous influences
La laïcité remise en question au sommet de l’État
Le ministre et son armée des ombres
Des mesures inspirées
SOS Education au service du ministre
L’enseignement catholique à l’affût

2 - L’essor du privé entre stratégie catholique et logique libérale
Les stratégies de l’enseignement catholique
Financer le privé avec l’argent public
Le maquis des structures
Le nouveau « caractère propre »

3 - Les guerres scolaires depuis 1970
1970-1977 : la révolution libérale de l’enseignement catholique
1977-1986 : l’échec du grand service public de l’éducation nationale
1988-1992 : la gauche complexée
1993-1995 : la droite décomplexée
2002 : la « République des proximités » libérales de Raffarin

4 - Les nouvelles fabriques de doctrine
La campagne présidentielle de 2007 : un révélateur
Les antipédagogues récupérés
Le bricolage scolaire

Conclusion pour l’école publique

Bibliographie

Notes

A rapprocher de l'hystérie papale du Président, de le remontée en puissance des cathos, surtout des intégristes, pour qui l'école laïque, gratuite et obligatoire est une hérésie car elle éloigne de la foi.

De tout temps, chaque fois qu'un service laïque d'Education est créé, les intégristes (alliés très souvent à l'extrême-droite, les passerelles sont nombreuses) n'ont de cesse de vouloir le supprimer, à l'image de ce qui existe ... aux USA, pays ultra-religieux.

Suffit de voir dans quel état d'ignorance cette école religieuse laisse ses "élèves", ne serait-ce qu'au travers du mouvement "créationiste" qui nous renvoie directement au Moyen-Âge.

Il n'y a pas de différence entre les "créationnistes" made in USA (et tellement soutenus par le pouvoir actuel, Bush en tête) et les "intégristes" des pays qui sont quotidiennement bombardés par les armées des USA. Même dogme, même volonté de soumettre les gens, même prosélytisme, même revendication barbare de l'ignorance.

Voilà le but de ces crétins d'intégristes, faire de nous des analphabètes demeurés et stupides, juste bons à servir de larbins sur lesquels une "élite" s'essuie les pieds, et accessoirement, utilise comme servile main d'oeuvre.

Renforcer la croyance dans un "paradis" post-mortem augmente la soumission des plus nombreux qui seront les esclaves dociles des manipulateurs.

Le duo Sarkozy / Darcos, renforcé par Boutin et tous les conseillers intégristes (de la foi et du marché, ce sont les mêmes), tous œuvrent dans ce sens, aidés par la frange la plus réactionnaire (dans le sens recul en arrière, vers les siècles lointains où le peuple craignait les délires des illuminés parano qui faisaient profession d'être détenteurs de la "vérité de la foi") de l'église catho.

Il se joue là un combat entre les obscurantistes (bis : voir le mouvement créationniste, rassemblement de crétins nocifs) et ceux qui font acte de raison, qui croient à l'éducation, à la pensée critique, en dehors de toute soumission à un dogme mortifère.

A force de nous rabâcher les "racines chrétiennes" de notre civilisation (inutile de revenir sur toutes les barbaries, toutes les guerres menées au nom de ces "racines chrétiennes" où nous avons anéantis d'autres cultures, d'autres peuples, toujours au nom de cette "foi" criminelle), on oublie tout simplement les siècles passés où l'Humanité a cherché à se libérer de cet esclavage pour apprendre à gérer son sort et sa vie.
Librement.
Sans être sans cesse en état de dépendance vis à vis d'escrocs et de manipulateurs des consciences.
La liberté, la VRAIE liberté, c'est celle de la pensée non-soumise à un dogme qui nous raconte des histoires sur un "ailleurs" qui n'existe pas.

L'école laïque, gratuite et républicaine représente pour ces gens là un ennemi à combattre, à vaincre à tout prix.

Alors que nous, laïques, sommes pour le respect de la foi, qui est une affaire privée, les plus acharnés des intégristes montrent leur entière intolérance vis à vis de ceux qui ne pensent pas comme eux. Détruire l'école laïque reste l'objectif prioritaire des intégristes. Ils n'acceptent pas d'être soumis à la raison, car seule la raison possède les armes intellectuelles pour dénoncer ces charlatans.

Et la raison s'acquiert à l'école laïque.

Plus que jamais, si nous ne voulons pas devenir comme ces crétins de créationnistes made in USA, nous devons nous mobiliser pour renvoyer à leurs "études" tous ces ennemis de la pensée.

Car la "foi" est l'ennemie de la pensée.

Les cathos et leurs acolytes au gouvernement nous le prouvent une fois de plus.

Mise à jour du 11 novembre 2008 :
Darcos, itinéraire d'un mec de droite très à droite (suite)

2 commentaires:

fuxarco a dit…

Merci pour cet éclairage sur l'ombre…


Polly-esther, en passant. :-)

EdkOb a dit…

Salut Polly-esther.

Longue vie aux pap's !

@ bientôt, en passant.